Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Ce n'est pas un mauvais bougre, plutôt le genre « attachiant ». Il traine sa colère au gré des rues, sa solitude chronique. On l'invite les soirs « sociaux » à sa table. Et il y livre son cœur, meli melo improbable de douceurs et d'acides. Il s'en repart un peu saoul, seul vers les quatre planches de l'abri. Il sent, entend et comprend mais ces émotions troublent sa vue. Morris n'est pas encore né, même si il est déjà grand. C'est une survie permanente qui aime se perdre dans le labyrinthe de la petite Babylone. C'est souvent un gouffre de tristesse qu'on aimerait ne pas croiser, mais une force cachée séduit et irrémédiablement attire. On se surprend alors à vouloir sonder cette partie inconnue que lui même ignore et qui nous fascine. Son corps est un combat, dont on ne peut voir que quelques stigmates légèrement apparents, une tension des muscles, une légère courbe du dos et une crispation régulière de la mâchoire. Morris est le héros malgré lui du Carrefour de impasses, observateur et acteur fidèle de ces errances.

Partager cette page

Repost 0